Ukraine : Evaluation de l’initiative des Nations unies et des voies de solidarité de l’UE

Posted on

L’interruption des exportations, notamment de céréales, à la suite du déclenchement de la guerre d’Ukraine en février 2022 par la Russie, a gravement affecté les chaînes d’approvisionnement mondiales. En réaction, l’Union européenne et les Nations unies ont organisé une série d’initiatives visant à garantir la sécurité alimentaire mondiale, de crainte que les chiffres croissants de la faim et de la famine ne se propagent dans le monde entier. Un mois après le déblocage des ports Ukrainians, tour d’horizon de la situation.

En réponse au blocage des ports ukrainiens par l’armée russe, l’Union européenne a lancé les “Solidarity Lanes” afin de trouver d’autres moyens d’exporter les produits agricoles ukrainiens via des voies terrestres alternatives et les ports européens. Ces Solidarity Lanes ont pu débloquer 2,8 millions de tonnes de céréales en juillet, 2,5 MT en juin, 2 Mt en mai et 1,3 MT en avril (soit un total d’environ 8,6 millions de tonnes de céréales). Toutefois, selon la dernière réunion tenue entre les commissions de l’agriculture et des transports du Parlement européen le 11 juillet, l’initiative n’a pas réussi à atteindre les pays tiers.

Le fait de cibler les pays tiers qui dépendent considérablement des céréales ukrainiennes continue pourtant d’être une priorité. En effet, les pays les plus dépendants des importations de blé ukrainien et russe, et donc les plus vulnérables aux perturbations du marché, sont : la Somalie (100%), le Bénin (100%), le Laos (94%), l’Égypte (82%), le Soudan (75%), la République démocratique du Congo (69%), le Sénégal (66%) et la Tanzanie (64%). Comme indiqué le 11 juillet, seules 138 000 tonnes de blé ont été exportées par la Roumanie et la Pologne, ce qui a appelle à des mesures d’urgence supplémentaires.

L’ONU a relevé ce défi en lançant l’initiative en faveur des céréales de la mer Noire, en coordination avec des représentants de la Turquie, de la Russie et de l’Ukraine. Le premier navire qui a pu quitter l’Ukraine après des mois de blocus dans le cadre de cet accord a été le Razoni, le 1er août 2022, transportant un total de 26 537 tonnes de maïs. Par la suite, de nombreux autres navires ont suivi sous l’égide du Centre de coordination conjoint (CCC), établi dans le cadre de l’initiative sur les céréales de la mer Noire le 27 juillet 2022.

Departure, Port
Départ, Port
Destination
Destination
Name
Nom
Cereal
Céréales
Quantity (in Metric Tonnes)
Quantité (en tonnes métriques)
August 1st, OdesaTurkey/EgyptRazoniCorn26,537
August 5th, ChornomorskTeesport, UKRojenCorn13,041
August 5th, OdesaRingaskiddy, IrelandNavistarCorn33,000
August 5th, ChornomorskKarasu, TurkeyPolarnetCorn12,000
August 8th, PivdennyiRavenna, ItalySacuraSoybeans11,000
August 8th, ChornomorskIskenderun, TurkeyArizonaCorn48,459
August 9th, ChornomorskRepublic of Korea/SingaporeOcean LionCorn64,720
August 9th, ChornomorskIstanbul, TurkeyRahmi YagciSunflower meal 5,300
August 12th, PivdennyiBandar Imam Khomeini, IranStar LauraCorn60,150
August 12th, ChornomorskIstanbul/Tekirdag, TurkeySormovskiy 121Wheat3,050
August 13th, ChornomorskIskenderun, TurkeyFulmar SCorn12,000
August 13th, ChornomorskTekirdag, TurkeyThoeSunflower seeds2,914
August 16th, ChornomorskConstanza, RomaniaPropusWheat9,111
August 16th, PivdennyiDjibouti to EthiopiaBrave CommanderWheat23,000
August 16th, ChornomorskMersin or Iskenderun, TurkeyOsprey SCorn11,500
August 16th, ChornomorskKarasu, TurkeyRamusWheat6,161
August 16th, PivdennyiIncheon, Republic of KoreaBonitaCorn60,000
August 17th, ChornomorskAmsterdam, The NetherlandsPetrel SSunflower meal18,500
August 17th, OdesaIstanbul, TurkeySaraCorn8,000
August 17th, OdesaGubre, TurkeyEfeSunflower oil7,250
August 18th, ChornomorskIstanbul, TurkeyI MariaCorn27,982
August 20th, ChornomorskVenice, ItalyZumrut AnaSunflower oil6,300
August 20th, ChornomorskMarmara, TurkeyOcean SWheat25,000
August 21st, ChornomorskKunsan, South KoreaDa LiangSugar beet14,000
August 21st, OdesaTurkeyKubrosli YWheat10,000
August 21st, ChornomorskAliaga, TurkeyFilyozVegetable oil5,000
August 21st, PivdennyiMersin, TurkeyFoyleVegetable oil4,300
August 22nd, ChornomorskEgyptGreat ArsenalWheat25,500
August 22nd, ChornomorskGreeceMarantaCorn5,300
August 23rd, ChornomorskTurkeyKafkam EtlerCorn2,437
August 24th, OdesaLibyaGanosayaCorn16,500
August 24th, OdesaRotterdam, The NetherlandsZhe Hai 505Rapeseed29,600
August 25th, PivdennyiGermanyAscaniosCorn58,510
August 25th, OdesaIsraelMohamad YWheat11,000
August 25th, OdesaHaifa, IsraelBellisSoybeans6,000
August 26th, PivdennyiTekirdag, TurkeyOris SofiSunflower oil5,900
August 26th, ChornomorskMersin, TurkeyZelek StarPeas3,700
August 26th, ChornomorskPort Sudan, SudanSeaeagle  Wheat65,340
August 26th, ChornomorskEl Dekheila, EgyptPretty LadyCorn45,000
August 26th, ChornomorskCochin, IndiaAvivaSunflower oil19,100

Le déblocage des exportations ukrainiennes par voie maritime était essentiel pour libérer les plus de 20 millions de tonnes de céréales (environ 6,6 millions de tonnes de blé, 13,6 millions de tonnes de maïs et 400 000 tonnes d’orge) qui étaient bloquées dans les ports ukrainiens, pour une valeur d’environ 10 milliards de dollars.

La situation actuelle indique que l’initiative “Black Sea Grain” a déjà exporté un total de 1,3 millions de tonnes de céréales et de denrées alimentaires depuis les ports d’Odessa, de Chornomorsk et de Pivdennyi. Par conséquent, depuis le lancement des initiatives de l’ONU et de l’UE, un total cumulé d’environ 10 millions de tonnes de céréales et d’oléagineux a été exporté, ce qui représente approximativement la moitié des céréales bloquées au début de la guerre.

La production de la nouvelle saison devrait diminuer en Ukraine, affectée par la perte de terres due à la guerre et une réduction de 40% des rendements en raison du manque de disponibilité et d’accès aux intrants agricoles, ce qui affectera la sécurité alimentaire mondiale. L’Association ukrainienne des producteurs de céréales (UGA) estime que la production de la saison de récolte 22/23 restera autour de 66,5 millions de tonnes de céréales et d’oléagineux (contre 84,6 millions de tonnes pour la saison 21/22) tandis que l’USDA a estimé qu’environ 52,2 millions de tonnes seront produites (25 millions de tonnes de maïs, 21,5 millions de tonnes de blé et 5,7 millions de tonnes d’orge).

Le stockage et le développement de nouvelles voies logistiques avec l’arrivée de la nouvelle récolte restent une question essentielle. Les agriculteurs ukrainiens peuvent compter sur une capacité de stockage de 75 millions de tonnes dans des circonstances normales. Selon les dernières estimations de la FAO, 30% de ces capacités de stockage sont remplies par les céréales de la dernière récolte, tandis que 14% des installations de stockage n’étaient pas fonctionnelles en raison de dommages ou de destruction, et 10% supplémentaires en raison du contrôle russe dans les zones envahies, ce qui signifie qu’il reste des capacités de 35 à 45 millions de tonnes, et un déficit de capacité de stockage pour couvrir les besoins entre 10 et 20 millions de tonnes, qui ne sera que partiellement couvert par l’initiative conjointe lancée par le Japon, le Canada et les Nations unies.

Par conséquent, la mobilisation des agriculteurs ukrainiens, avec le soutien des couloirs de solidarité et d’autres initiatives internationales sous la coordination des Nations unies pour maintenir le secteur agricole ukrainien opérationnel et en mesure d’exporter au moins une partie de ses capacités, ainsi que les efforts pour augmenter la production dans l’Union européenne – malgré les conditions climatiques dramatiques – et les diverses initiatives internationales à l’échelle mondiale comme les initiatives FARM et Alliance mondiale pour la sécurité alimentaire sont en mesure à court terme d’atténuer les impacts de la perturbation des systèmes alimentaires mondiaux déclenchée par la Russie.

Néanmoins, la mobilisation dans les mois à venir sera essentielle pour surmonter la menace persistante sur la sécurité alimentaire pour les pays importateurs les plus touchés. Ceci appelle à renforcer la logistique et à améliorer le mécanisme de coordination, y compris pour les voies de solidarité, en maintenant l’effort pour accroître la résilience et la capacité de production au sein de l’Union européenne tout en intensifiant l’effort structurel dans les pays en développement pour développer leur capacité à produire des aliments localement. Une attention particulière aux intrants agricoles, notamment les engrais, sera nécessaire.

Avant que les initiatives de l’UE et des Nations unies ne débloquent les exportations ukrainiennes, 22 millions de tonnes de céréales prêtes à être exportées étaient bloquées. La libération rapide des céréales de la saison 21/22 encore stockées en Ukraine devra continuer à être gérée par ces initiatives dans les mois à venir, avec des mécanismes logistiques et de coordination renforcés pour garantir l’efficacité, notamment en canalisant mieux les céréales en fonction de leur qualité et en gérant l’impact du stockage dans des conditions difficiles, stockage qui doit encore être augmenté de 10 à 20 millions de tonnes.

Selon le gouvernement ukrainien, 3 millions de tonnes de céréales en septembre et 4 de plus en octobre seront exportées par les ports ukrainiens. Cependant, il est également important de considérer que l’Ukraine pourrait percevoir moins de navires entrants en raison de la peur de voyager dans des eaux non sécurisées et des difficultés à trouver des assurances ou, en fait, de l’évolution inattendue du conflit.