À VENIR – GLOBAL FOOD FORUM 2022

Farm Europe a le plaisir de vous inviter à la prochaine édition du Global Food Forum, intitulée « Climat, nutrition, énergie : L’agriculture européenne sur tous les fronts ».

Cet événement comprendra 5 sessions de travail autour de certains des sujets les plus pertinents pour le secteur agroalimentaire européen d’aujourd’hui. Parmi les thèmes abordés figurent le financement actuel et futur de l’agriculture, la transition environnementale et énergétique à venir, le commerce international, la sécurité alimentaire ainsi que la nutrition. Des politiques telles que la PAC et la stratégie « Farm to Fork » seront discutées afin de trouver des solutions communes aux multiples crises actuelles.

Jetez un coup d’œil à la liste des orateurs confirmés, dont le commissaire à l’agriculture, Janusz Wojciechowski!

Cliquez ici pour vous inscrire à l’événement!

Fertilisants : une stratégie responsable proposée en un temps record par la Commission

La Commission européenne a présenté le 9 novembre dernier sa proposition de stratégie européenne en faveur des fertilisants. 

Préparée dans un délai record par ses services agricoles, elle aborde les deux facettes du sujet – la disponibilité et le prix – et pointe avec justesse les sujets les plus importants. 

Elle affirme qu’en cas de restrictions d’utilisation du gaz, le gaz pour la production d’engrais doit être considéré comme prioritaire. Certes, la Commission n’a pas à ce stade le pouvoir d’imposer des priorités ou des réductions aux États membres. Cela pourrait se produire à l’avenir par le biais d’un nouveau règlement sur la crise énergétique. Toutefois, en proposant d’ores et déjà une telle ligne de conduite forte, la position de la Commission est une aide précieuse pour le secteur, et envoie un rappel salutaire sur l’importance stratégique du secteur agricole et de la nécessaire souveraineté à défendre pour ces chaines de valeur. 

Avec son document, la Commission ouvre aussi la possibilité pour les États membres d’utiliser de l’argent non utilisé du fonds de relance, ou de mettre des financements nationaux (aides d’état) pour soutenir les agriculteurs et les producteurs d’engrais.  Ces financements pourraient viser non seulement la production de fertilisants et son utilisation, mais aussi aider les agriculteurs à investir dans de nouvelles technologies et itinéraires techniques pour réduire l’utilisation des intrants. Dans ce cadre, il fait référence à l’intérêt de travailler sur les rotations, d’y associer des légumineuses et d’investir dans l’agriculture de précision. 

La Commission fait aussi le constat du risque qu’induirait une réduction rapide et généralisée de l’utilisation des engrais, impliquant immédiatement une réduction des rendements. Ce constat, vrai, est intéressant et devrait inciter les dirigeants de la Commission européenne  à remettre en perspective leurs propositions de réduction de 20% des engrais dans le cadre de la stratégie Farm to Fork. 

La réduction des achats d’engrais par les agriculteurs cet été (-20 %) risque d’avoir, déjà, un impact négatif sur la récolte 2023. La question est posée de savoir si les sols européens ont de suffisamment bons niveaux de N P K pour supporter une fertilisation plus faible sans effet sur la récolte au moins pour une campagne. On en peut douter, la fertilisation a un coûttelle que l’usage le plus économe était recherché, même avant la crise ukrainienne. Une réduction hors du cadre des investissements tels qu’évoqués ci-avant risque de se solder par une baisse du potentiel de production. 

Veille Farm to Fork : le casse-tête des engrais

En pleine crise des prix et de l’énergie et face à l’impact de la guerre russo-ukrainienne sur le marché alimentaire, la Commission s’apprête à publier une communication sur les engrais (le 9 novembre). La Commission demandera aux capitales nationales d’assurer l’approvisionnement en gaz des fabricants d’engrais, et encouragera l’utilisation de la réserve de crise agricole. Dans le même temps, à l’issue de la dernière réunion du Conseil, la plupart des 27 ministres de l’agriculture ont reconnu l’importance des engrais à base de fumier et ont demandé des assouplissements de la législation actuelle sur les nitrates. 

En ce qui concerne le bien-être des animaux, alors que l’EFSA a publié des lignes directrices sur le bien-être des animaux pendant le transport, soulignant que le transport doit être court et qu’un nettoyage en profondeur du véhicule doit être effectué, le ministre allemand de l’agriculture propose un projet de loi pour un label obligatoire sur le bien-être des animaux qui pourrait causer des problèmes de distorsion du marché, selon les critiques. La Commission européenne, sur le même sujet, a publié une vue d’ensemble des réalisations et des défis de la législation actuelle sur le bien-être animal, concluant que le cadre actuel a amélioré le bien-être de nombreux animaux de l’UE, y compris leur protection pendant le transport et l’abattage.

note complète disponible sur l’espace Membres de FE

ÉLEVAGE DANS L’UE – UNE PRODUCTION DE VIANDE ET DE LAIT EN DÉCLIN

Les perspectives à court terme de la Commission européenne – Edition automne 2022 -annoncent une production de viande et de produits laitiers dans l’Union européenne qui devrait baisser cette année, et l’année prochaine. 

Les coûts élevés et persistants des aliments pour animaux ainsi que la peste porcine africaine (PPA) continuent de limiter la croissance de la production de viande porcine de l’UE.

La production de viande bovine devrait diminuer de -0,6 % en 2022, principalement en raison d’un ajustement structurel dans le secteur de la viande bovine et des produits laitiers, malgré des prix élevés. 

De nouveaux enregistrements en Europe d’Influenza Aviaire Hautement Pathogène (IAHP), et un virus persistant chez les oiseaux sauvages continuent d’impacter le secteur de la volaille. 

Les signes de diminution de la production animale  mettent en garde contre des approvisionnements limités qui pourraient exacerber la forte inflation alimentaire en Europe. La sécheresse historique a réduit la disponibilité de l’herbe et des aliments pour animaux (en particulier du maïs), augmentant de fait les coûts pour les exploitations qui sont également confrontées à la flambée des prix de l’énergie et des engrais.

Dans la perspective d’une révision de la législation sur le bien-être animal la Commission a publié un « Fitness Check » qui donne un aperçu des réalisations et des défis de la législation actuelle sur le bien-être animal. 

Le Comité scientifique européen du Nutri-score a publié une mise à jour de l’algorithme qui se veut plus « cohérent » et « aligné » avec les recommandations nutritionnelles et de santé publique. Ces évolutions proposent une notation plus sévère pour certains aliments, dont la viande. 

Le Parlement européen a voté mi-septembre pour étendre les produits agricoles couverts par la nouvelle loi anti-déforestation pour inclure le maïs, la volaille et la viande de porc. 

Selon le rapport sur le climat mondial, les émissions de méthane sont surestimées, les bovins produiraient 3 à 4 fois moins de dioxyde de carbone que ce qui aurait été supposé. 

L’initiative suisse « Non à l’élevage intensif en Suisse » a été rejetée à 63 %. 

note complète disponible sur l’espace Membres de FE

Plus de 4,6 milliards d’euros de mesures d’urgence agricoles financées par des aides d’Etat en 2022

Un marché intérieur qui se fragmente

Le déclenchement par la Russie de la guerre en Ukraine a provoqué une onde de choc sur le secteur énergétique, mais aussi sur le secteur agricole à travers, notamment une explosion des coûts de l’énergie pour les secteurs fortement consommateurs, ainsi qu’un renchérissement du coût des intrants, au premier rang desquels, les engrais azotés. 

Pour y faire face, la Commission européenne a, dès le mois de mars, annoncé le déclenchement de la réserve de crise, prévue par la Politique agricole commune à hauteur de quelque 500 millions d’euros – une première historique, cet outil créé en 2013 n’ayant jusqu’à présent jamais été utilisé. 

Dans le même temps, la Commission européenne a, également, annoncé la possibilité pour les Etats membres d’abonder largement ce soutien au secteur agricole à travers des aides nationales : 

  • en autorisant les Etats membres à financer sur deniers nationaux à raison de 2 pour 1 les aides venant de la réserve de crise, soit 1 milliard d’euros ;
  • en validant des programmes d’aides nationales sous l’égide du cadre temporaire de crise sur les aides d’Etats dans le contexte de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, avec un plafond qui devrait désormais être porté à 250 000 euros. 

Parallèlement, le plafond desaides de minimis, aides nationales pouvant être mises en œuvre sans autorisation préalable de la Commission, a été relevé à 25.000 EUR sur 3 ans. 

Autant de flexibilités auxquelles les Etats membres ont largement eu recours pour faire face aux défis de ces derniers mois, et faute de réponse communautaire d’ampleur. 

Ce sont près d’une vingtaine de programmes dédiés à l’agriculture qui ont été notifiés pour 2022 auprès de la Commission européenne, pour un montant total de près de 4 milliards d’euros. Cela représente quelque 10% du montant des aides directes. Une partie de ces aides — environ un tiers — a été mobilisée pour faire face à la flambée des prix des engrais, avec une répartition géographique et sectorielle très inégale. 

De l’Italie, en passant par la Suède, la Pologne, l’Autriche et la Bulgarie, des volumes financiers considérables ont été débloqués, allant bien au-delà de l’inflation enregistrée au sein même de ces pays, et procurant donc plus qu’une simple compensation de la perte économique liée à l’inflation et à la perte de valeur afférente des paiements directs pour leurs agriculteurs. Un soutien net à l’agriculture qui ne se retrouve pas dans les autres Etats membres. 

Un second groupe de pays se dégage, comprenant notamment les Pays-Bas, la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Estonie, la Slovénie mais aussi la Hongrie. Pour donner un ordre de grandeur de l’ampleur des aides, on peut estimer que ces pays ont compensé le choc inflationniste, sans placer l’agriculture parmi les secteurs phares aidés en priorité face à la crise liée à la guerre en Ukraine. 

Enfin, un troisième groupe d’Etat membres, parfois eux-mêmes frappés de plein fouet par la crise, n’a pas été en mesure d’apporter un soutien conséquent à son secteur agricole pour des raisons politiques ou budgétaires. C’est notamment le cas de la République tchèque, de la Grèce, de la Belgique, ou encore du Danemark. 

Ces chiffres — bien que déjà considérables — ne donnent qu’une vision partielle de la situation réelle des aides attribuées par les différents Etats membres, celles-ci allant bien au-delà des programmes strictement agricoles notifiés dans le cadre du TCF. 

D’une part, au titre du soutien à l’économie dans son ensemble pour faire face à la guerre en Urkaine, il convient de relever que plus de 450 milliards d’euros d’aides d’Etat ont été débloquées à travers les programme-cadres destinés à l’ensemble de l’économie, qui concernent également le secteur agricole. Et ce, sans intégrer le programme de 200 milliards d’euros supplémentaires annoncé par l’Allemagne. 

Au total en une année, c’est pratiquement le montant total de l’aide d’urgence européenne pour faire face au COVID qui a d’ores et déjà été débloqué par les pays de l’UE en ordre dispersé, plutôt qu’à travers à une aide coordonnée à l’échelle européenne. 

D’autre part, à ces presque 4 milliards aides ciblées sur le secteur agricole dans le cadre de la guerre en Ukraine s’ajoutent d’autres aides d’Etat notamment celles versées à l’agriculture au titre des programmes résiduels liés à la pandémie de Covid-19. Près de 900 millions d’euros ont été encore débloqués au cours de l’année 2022, ce qui fait grimper l’intensité des aides d’Etat à quelque 12% du montant du premier pilier. Pour une analyse équitable, il conviendrait également de mentionner les 25 milliards d’euros débloqués de surcroit par les Pays-Bas dans le cadre de leur plan national de transition agricole, soit 2 milliards par an. 

En parallèle à l’urgence du soutien nécessaire et légitime au secteur agricole confronté à une grave crise, une réflexion devrait se tenir d’urgence sur la multiplication des aides à l’échelle nationale plutôt qu’à l’échelle communautaire, pour un secteur couvert par une politique commune forte. La réserve de crise a montré à la fois son utilité, mais aussi sa dotation budgétaire dérisoire à l’échelle de l’Union européenne lors d’un choc touchant l’ensemble des secteurs agricoles.

L’absence, désormais, de marge budgétaire au sein de la PAC exige d’entamer une réflexion en profondeur sur les modalités d’action pour faire face aux crises. Comme le montre l’ampleur des volumes financiers débloqués à l’échelle nationale aujourd’hui, une très nette réévaluation à la hausse de la réserve de crise est nécessaire pour que celle-ci soit être en mesure d’être le principal levier de solidarité envers le secteur agricole européen, pour allier réactivité et équité, tant entre Etats membres qu’entre secteurs.

NUTRITION & SANTÉ : REPORT DE LA LÉGISLATION EUROPÉENNE SUR L’ÉTIQUETAGE

Les attentes autour de la proposition de la Commission concernant un système d’étiquetage nutritionnel à l’échelle de l’UE étant de plus en plus grandes, de nombreux événements sont organisés sur ce thème. Cependant, la Commission semble vouloir reporter cette initiative législative à une date ultérieure, en 2023, compte tenu de la « complexité » de la question et du fait que l’exécutif européen a besoin de plus de temps pour prendre une position définitive sur le sujet. Dans le même temps, des chercheurs italiens ont proposé un autre label à apposer sur les produits alimentaires, le « Med Index », qui permettrait de promouvoir les produits conformes au régime méditerranéen et à ses principes de durabilité (c’est-à-dire nutritionnels, environnementaux et sociaux). 

Parallèlement, les produits alimentaires traditionnels et d’origine naturelle sont remis en question par le développement de l’industrie des protéines cultivées en laboratoire, de jeunes entreprises du secteur mobilisant des capitaux pour ouvrir de nouvelles installations de production afin de passer à l’échelle supérieure, d’élargir leur offre et leur emprise géographique. Dans ce contexte, une étude a analysé l’ouverture des consommateurs aux imitations de produits laitiers cultivés en laboratoire (par fermentation de précision) et a constaté que les préoccupations générales en matière de sécurité ainsi que les questions relatives au processus technique de production étaient fréquemment soulignées. Cependant, parmi les personnes du groupe d’adoption précoce, seules quelques unes ont exprimé leur opposition aux produits, tandis que la majorité des personnes interrogées étaient « indécises » quant à savoir si elles envisageraient d’essayer le produit. 

note complète disponible sur l’espace Membres de FE

Nouvelles des vins – L’exportation turbulente d’Octobre

En octobre, la France a revu son estimation de production annuelle de vin à la hausse. En Italie, le vin est resté l’un des principaux catalyseurs de l’exportation agroalimentaire. Au niveau européen, la Commission a estimé la production de vin de l’UE à 2,5 % au-dessus de la moyenne quinquennale (+1,5 % en glissement annuel). Dans le même temps, les exportations ont chuté en Australie, et les prix du vin sont en hausse au Royaume-Uni.

Note complète disponible sur l’espace Membres de FE

NOUVELLES TECHNIQUES DE SÉLECTION VARIÉTALE : VOIES OUVERTES À UNE NOUVELLE LÉGISLATION, SOUTIEN ET ÉVALUATION DES RISQUES

En dehors de l’UE, des États comme le Kenya et l’Ukraine s’ouvrent à la possibilité de disposer d’une législation plus souple concernant les techniques de génie génétique. Au sein de l’UE, l’organisation française pour les biotechnologies milite en faveur d’une utilisation accrue des nouvelles techniques génomiques pour assurer la sécurité alimentaire et faire face aux défis climatiques. 

note complète disponible sur l’espace Membres de FE

Le budget de la PAC se rétrécit rapidement, cassant tout levier d’investissement pour le Green Deal

Après la présentation des propositions de la Commission européenne sur les stratégies Green Deal et Farm to Fork, il a trop souvent été entendu, y-compris de la part du Vice-Président Timmermans, que tout impact négatif sur les revenus des agriculteurs pouvait être compensé par la Politique agricole commune (PAC).

Le dernier exemple en date de cet argument se trouve dans la proposition de la Commission pour un Règlement sur l’Utilisation Durable des Pesticides (SUR). La Commission indique explicitement que les coûts réglementaires supplémentaires pourraient être compensés par le budget de la PAC. Le financement de l’ambition nouvelle de RePowerEU sur le biométhane pourrait aussi être mentionné. 

Cependant, il y a deux problèmes avec cette approche “la PAC payera tout”. 

Le premier est que le budget de la PAC est déjà alloué, donc le transfert de fonds vers de nouveaux soutiens implique nécessairement de retirer des fonds à des soutiens existants. 

Un problème moins évident, mais plus considérable encore, est la diminution rapide du budget de la PAC. Le responsable est l’inflation importante, qui réduit la valeur réelle du soutien apporté. 

Lorsque le nouveau budget de la PAC a été adopté, le scenario était encore celui d’une inflation basse, le taux maximum escompté étant l’objectif annuel de 2% de la BCE. Mais aujourd’hui l’inflation moyenne en UE est proche des 10%, et la BCE s’est vue obligée de revoir ses prévisions d’inflation à la hausse. 

Et pour ne rien arranger, l’inflation dans un certain nombre de pays se trouve bien au-dessus de la moyenne. Quant aux pays dont l’inflation est sous la moyenne de l’UE, celle-ci reste importante, bien au-dessus de l’habituel objectif des 2%.

En considérant les données de la BCE et les prévisions de l’inflation, qui pourraient être sous-estimées compte tenu de leurs récentes prévisions trop optimistes, la réelle valeur du budget de la PAC diminuera de 84,57 milliards d’euros en termes réels au cours de la période 2021-2027 par rapport à 2020. Pour mettre cela en perspective, la valeur réelle totale du budget de la PAC pour la période 2021-2027 diminuera de 21,95% par rapport à 2020. Plus d’un tier de soutien réel en moins en 2027. 

Le soutien direct perçu par les agriculteurs est directement, et lourdement impacté. Les aides à l’investissement sont, elles-aussi, impactées car les montants totaux disponibles diminuent avec l’inflation. Le premier pilier perdra 68,60 milliards d’euros, et le second pilier 15,97 milliards d’euros. 

Dans ces conditions, il est urgent de trouver une nouvelle voie politique pour réaliser le Green Deal en se basant sur une stratégie de croissance verte pour le secteur de l’agriculture, en passant d’une stratégie basée sur la réglementation visant à réduire les leviers traditionnels de productivité, à une stratégie d’investissement appropriée favorisant les approches agronomiques systémiques et l’innovation, et encourageant réellement les agriculteurs à se lancer sur une voie positive, pour l’économie et le climat.  

Le remède pour un financement de la PAC qui fond comme neige au soleil est de réévaluer le budget de la PAC en terme réel, c’est-à-dire de l’ajuster annuellement avec le niveau de l’inflation. Et parallèlement de construire un fonds d’investissements approprié à l’échelle de l’UE, ciblé sur les secteurs stratégiques qui ont besoin de transition, comme l’agriculture et l’énergie, au lieu de rester sur une approche désordonnée basée sur les aides de l’Etat. 

Les co-législateurs ajusteront-ils le budget sur l’inflation ? Les taxes perçues par les Etats Membres augmentent avec l’inflation, pourquoi n’en serait-il pas de même pour les soutiens? 

NUTRITION & SANTÉ : CONSENSUS POUR UN NOUVEL ALGORITHME

Au cours de l’été, le comité scientifique chargé de NutriScore, le système d’étiquetage nutritionnel sur le devant des emballages utilisé dans six pays de l’UE, a décidé de modifier l’algorithme qui sous-tend le système de notation. Les changements concernent le calcul des graisses et des oléagineux, ainsi qu’une règle spécifique pour la viande rouge. Parallèlement, l’Italie a amélioré l’étiquetage nutritionnel national, Nutinform, en y ajoutant une version numérique. En préparation du paquet de révision des règles relatives à l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires (qui devrait être présenté dans les premiers mois de 2023), le Centre commun de recherche a publié des études sur l’étiquetage nutritionnel, l’étiquetage d’origine et l’étiquetage des boissons alcoolisées. Ces études serviront de base à la Commission pour rédiger ses propositions législatives. 

note complète disponible sur l’espace Membres de FE