L’UE RECONNAÎT LE RÔLE DES BIOCARBURANTS D’ORIGINE UE DANS LE FUTUR MIX ÉNERGIE RENOUVELABLE, MAIS…

Posted on

La Plate-forme Energie Verte de Farm Europe se félicite de la décision du Parlement européen et du Conseil européen de rejeter la proposition de la Commission d’éliminer tous les biocarburants de 1ère génération. Cependant, la plate-forme regrette que le compromis ne tienne toujours pas compte des bénéfices des biocarburants d’origine “UE” pour la société européenne et pour le secteur agricole, car ils co-produisent 52% de toutes les protéines «made in Europe» et devraient être davantage encouragés.

L’accord conclu aujourd’hui sur la révision de la directive sur les énergies renouvelables (RED2) garantit la production de biocarburants d’origine “UE” au niveau 2020 + 1% ou maximum 7% et fixe le principe général d’un gel aux niveaux de 2019 pour les biocarburants plus controversés liés à la déforestation et au drainage des tourbières (comme l’huile de palme). Ce gel devrait être suivi d’un retrait progressif d’ici 2030 sur la base d’un rapport de la Commission européenne en 2023.

À ce stade, il est impossible d’évaluer l’efficacité de l’accord tant que les paramètres clés du règlement seront transférés à un acte délégué qui sera adopté par la Commission européenne en février 2019 au plus tard. Cette décision crée un haut niveau d’incertitude sur les résultats réels de l’accord politique d’aujourd’hui.

A ce stade, les modèles ILUC génèrent un débat scientifique important car les résultats varient considérablement selon les études et dans les délais. Par conséquent, la plateforme restera vigilante et mobilisée afin de promouvoir une décision fondée sur des faits qui respecte pleinement les intentions des colégislateurs, et qui ne met pas en péril les biocarburants durables issus de l’UE directement ou indirectement.

Les secteurs agricoles de l’UE ont la capacité de co-générer de la nourriture et de l’énergie ensemble, à partir de biocarburants de première et deuxième génération, qui ne doivent pas être considérés comme opposés mais plutôt comme complémentaires. Le développement de la deuxième génération devrait être favorisé par un réel développement de la capacité industrielle, et non par des multiplicateurs offrant une vision erronée de la réalité.

La capacité de l’agriculture européenne à produire de l’énergie verte devrait être renforcée pour tous les biocarburants de l’UE et pour le biogaz.