PAC 2020: Une agriculture qui innove et investit

Posted on

Dans le cadre du Salon de l’Agriculture, TV AGRI, Groupama et Farm Europe animent une série de débat sur « quelle ambition pour la PAC 2020 ». Vous pouvez retrouver les débats sur le site évènement Ambition PAC 2020 avec nos invités Jean-Baptiste MOREAU, Député LREM de la Creuse, Elli TSIFOROU, Directrice Affaires européennes de Gaia Epicheirein ; Frank GARNIER, Président Bayer France ; Jean-Marc BOURNIGAL, Directeur général AGPB (Association Générale des Producteurs de Blé), Luc VERNET, Farm Europe.

Depuis ses origines, la Politique agricole commune a accompagné l’agriculture européenne sur le chemin de l’investissement et de la modernisation.

Elle a permis de faire de l’agriculture européenne une agriculture unique au monde, avec des structures diversités et à taille humaine, et en même temps performante et capables, de produire pratiquement de tout de façon compétitive.

De nombreux investissements sont aujourd’hui adossés aux aides de la PAC ou soutenus par des programmes de développement rural.

Mais l’agriculture européenne est arrivée au bout d’un cycle.

Elle est mise au défi de gagner encore en performance environnementale et en performance économique. Ce double défi auquel sont confronté les agriculteurs au quotidien est un défi pour la PAC post 2020.

Saura-t-elle une fois encore accompagner de l’agriculture européenne sur le chemin de l’innovation et de l’investissement ?

Un regain de compétitivité économique est nécessaire pour assurer la pérennité des exploitations agricoles. L’avenir du secteur agricole européen dépend de sa capacité à retrouver de la compétitivité alors que la productivité du capital est devenue négative depuis 10 ans.

Parallèlement, la performance environnementale est un impératif. L’Union européenne s’est fixée des objectifs ambitieux. Tout le monde a bien entendu en tête la COP21 et l’objectif de réduire d’au moins 40% en 2030 les émissions de gaz à effet de serre.

A travers l’Europe de nombreux projets voient le jour. Mais les freins à la diffusion d’une agriculture nouvelle sont nombreux. Le premier d’entre eux est la faible capacité d’investissement associée à des revenus agricoles en berne, le besoin de formation et d’accompagnement dans cette transition.

Les expérimentations menées à travers l’Europe montrent que les outils du numérique ne s’adressent pas seulement aux grandes exploitations. Y compris des espaces agricoles très fragmentés et frappés de plein fouet par les crises sont parfois aux avant-postes de la transition.

Prendre pleinement et maintenant le virage de l’agriculture digitale et de précision pour que l’Europe maintienne son haut niveau de technicité et de qualité est un véritable défi pour la PAC. L’enjeu : ne pas se faire distancer par nos concurrents qui font clairement de l’agriculture un enjeu stratégique pour le XXIe siècle.

Sécuriser les investissements, accompagner les prises de risques et valoriser les efforts financiers et humains sont trois ingrédients clefs d’une démarche de transition permettant aux acteurs d’investir et de s’impliquer pleinement dans des démarches de progrès pour l’ensemble des filières, végétales comme animales.

Trois ingrédients clefs pour la prochaine PAC.